21/04/2006

amour paternel...

 

Les journées passent, mais ne se ressemblent pas.. Je me sens le coeur léger, mais il y a tout de même comme un manque quelque part..

En gambadant pendant la journée, je me suis demandée si le problème que je pouvais avoir au niveau relationnel avec les hommes, ne trouvait pas son origine dans mon passé, dans mon enfance.. J'ai souvent essayé de trouver des réponses, des solutions , et j'ai souvent laissé tomber en me disant que ce n'était surement pas là que je trouverais quoique ce soit.. Et pourtant.. Avec le temps, en analysant, en pensant, et observant toutes les choses qui se passent en ce moment, je me rends compte, qu'en  fait, si, mes réponses sont bien là quelque part..
J'ai toujours eu beaucoup de mal à avoir une relation convenable avec mon père. Il est quelqu'un de froid, de distant, de macho.. Il n'a jamais montré un signe d'amour ou d'affection.. Probablement, un signe de faiblesse qu'il se refusait de nous montrer.. Aucun mot, aucun dialogue, il était quelqu'un d'assez renfermé.. Mais avec le temps, avec la patience, et surtout, le travail formidable de ma mère, il avait réussi à changer un peu.. Il avait réussi à être un peu à l'écoute de ses enfants, et malgré ses gestes maladroits, il avait réussi, à montrer à sa manière, qu'il tenait à nous.. Ce n'était pas toujours ce à quoi on s'attendait, mais il essayait, et cela nous suffisait..

De par sa froideur, et sa distance, j'avais remarqué que je faisais souvent la même chose lorsque j'étais en couple et que cela était un peu plus sérieux qu'un flirt ou une amourette.. Je trouvais cela normal, bien que j'étais très affectueuse avec mes amis, et amies, mais lorsque qu'il s'agissait de mon homme, j'étais beaucoup plus distante..Peut être avais je toujours l'image d'un homme froid, et du coup, cela ne me dérangeait pas du tout d'en avoir un chez moi..

De plus j'ai souvent eu du mal à ouvrir le dialogue avec un  homme à l'époque.. Le moindre mot restait coincé dans le fond de ma gorge.. Aucun sons ne venait, et pourtant ce n'était pas l'envie qui manquait.. Je passais et repassais des centaines de fois, les phrases que je voulais dire, mais au moment venu, je ne trouvais jamais le bon mot, ou je n'arrivais jamais à me faire comprendre. Je n'avais pas l'habitude d'avoir à parler,et à m'ouvrir comme ca.. C'était presque gênant.. Maintenant j'ai changé, et heureusement, j'ai appris à beaucoup parler, ca permet beaucoup de choses, et de pouvoir partager encore plus avec la personne qu'on aime..

De plus, j'ai appris récemment que mon père préfère donner l'amour à une autre femme.. Comment pouvais je avoir confiance en un homme, si je ne pouvais pas avoir confiance en mon père..

En grandissant, les enfants n'ont qu'un modèle d'amour devant les yeux.. C'est un point de repère, une base, un élément d'exemple pour les enfants.. Je suis persuadée que nous restons marqué d'une facon ou d'une autre par l'image que nos parents nous ont inculqués. Sans vraiment s'en rendre compte, et parfois même malgré nous, nous recherchons souvent ce qui a manqué dans la relation père-mère..

Un enfant ayant manqué de l'amour d'un père, va rechercher un homme plus agé, un homme qui a une certaine sécurité, un homme qui pourrait inconsciemment combler ce vide...

Je crois que notre façon de construire les relations amoureuses, et notre façon d'aimer changent en fonction de l'amour que nous avons reçu de nos parents..

Pas toujours évident.. Les parents ne peuvent pas non plus rester pour les enfants, en prétendant toujours s'aimer, alors que c'est flagrant qu'il n'y a plus d'amour... Il vaut mieux un couple séparé, épanoui, qu'un coupe qui reste, mais qui ne s'aime plus..

21:14 Écrit par Selena | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

16/04/2006

Repos...

 

Ca fait une semaine que je suis partie, et je dois dire que cela m'a fait du bien.. Je me suis reposée, et j'ai su prendre mes distances par rapport à toutes ces pensées... J'ai eu le temps de penser à moi, et surtout à m'amuser sans devoir me soucier des autres. J'ai eu de ses nouvelles juste un soir, mais nous avons échangé des messages toute la nuit. Il m'a étonné, puisqu'il s'est ouvert, et j'ai appris des choses dont je ne soupçonnais même pas l'existence ! Cela m'a fait chaud au coeur, mais d'un autre côté, cela m'a ouvert les yeux sur pas mal de choses... C'est bien de vouloir rêver, fantasmer..Mais parfois, il vaut mieux que cela ne reste qu'un fantasme.. Vouloir aller trop loin en sachant que ce n'est peut être pas la bonne personne, ou en sachant qu'on n'a aucune perspective d'avenir avec, c'est surtout se faire du mal pour rien. C'est se mentir à soi même et surtout à l'autre.. Vouloir idéaliser une relation comme on aurait pu l'imaginer, c'est foncer droit sur un mur, et c'est déjà vouer à l'échec..

Peut être n'attendais je qu'une chose ? Etre sûre que je ne lui étais pas indifférente.. Comme j'en ai déjà parlé plus bas, on veut toujours avoir l'inaccessible.. Vouloir à tout prix ce que l'on ne peut acquérir..

Fuis moi je te suis, Suis moi je te fuis...

Enfin, maintenant que je sais que j'aurais pu avoir une chance avec lui, cela a suffit pour effacer toutes ces peines , tout ces instants ou il me manquait, tout ces moments de solitude.. Car je savais que quelque part, quelqu'un m'aimait déjà un peu...

L'amour est si cruelle ? Pourquoi ne peut on pas faire les choses simples...?? On aurait pu.. mais voilà, les circonstances font que même si on avait voulu, ca n'aurait pas marché...

On le savait d'avance tout les deux.. C'est peut être pour ca, que les mots ont gardé leur sens, et leur puissance..
Maintenant, sans doute, pourrons nous évoluer dans notre relation, et faire de cette attirance, un sentiment d'amitié beaucoup plus profond, et beaucoup plus ouvert.. Nous savons que nous comptons l'un pour l'autre, et que peu importe ce que nous avons pu imaginer, nous deviendrons, surement, des amis.

17:57 Écrit par Selena | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/04/2006

Le temps qui dure..

 

L'éclat du jour ébloui mes pensées.. Je crois que je suis en train de rêver.. Je me perds dans mes illusions, je me perds dans mon monde, je me perds dans mes rêves.. C'est fou ce que l'amour peut nous transporter dans un autre univers, ou rien ne semble avoir son importance.. J'ai l'impression que mon corps et mon esprit sont scindés.. Je ne suis plus que l'image reflétée par ma présence, mais plus par mon esprit.. Je me sens envahie par un sentiment de sérénité, et de douceur.. Je me ballade dans un monde en couleur, rempli d'amour et de tendresse.. J'imagine les belles choses qui existent, entourées de fleurs, parfumées d'une odeur sucrée, chantées par de douces mélodies, couchée sur l'herbe légèrement chaude, le soleil illuminant mes journées, le regard d'une personne posé sur mon coeur.. Des fois, c'est dans ce monde là que j'ai envie de me perdre, c'est dans ce monde là que j'ai envie de rester, c'est dans ce monde là que j'ai envie d'y mourir......... Pourtant, la dure réalité me refroidit le coeur encore légèrement tiède, je sais que j'y suis, mais je lutte pour ne pas ouvrir les yeux, je lutte pour ne pas rester dans cette froideur...

 

Lorsque je regarde les gens autour de moi, qui semble être amoureux, ils partent tous un moment ou à un autre , dans leur monde aussi.. Leur monde qu'ils ont créé, leur monde qu'ils ont imaginé, leur monde dans lequel ils sont en train de s'y noyer.. Ils regardent dans le vide, les yeux perdus au loin, dans le vague, le sourire légèrement béat, le regard qui pétille...Alors, alors..je sais qu'ils pensent à ce moment là à une personne qui leur est chère, une personne qui leur semble loin pour le moment, et le seul réconfort qu'ils ont trouvé pour compenser cette absence, c'est d'avoir inventer ce monde imaginaire.. Ou plus rien n'aurait d'importance, ou plus rien ne compte, ou les gens n'auront plus de mauvaises choses à dire, ou il n'y a que l'amour qui existe...ou le temps qui fait durer l'absence, n'existe plus...

21:00 Écrit par Selena | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/04/2006

Châtiment..

 

Les jours passent, et je me rends compte que cela va de mieux en mieux.. Souffrir d'une absence est douloureux, mais le temps efface bien les choses.. Il y a deux jours, j'ai eu droit à un large sourire.. Cela était bien peu, mais m'a largement suffit pour égayer ma journée. Maintenant nous ne risquons pas de nous croiser pour les semaines à venir. Puisqu'il a un planning bien rempli et moi aussi. Des fois je me demande vraiment pourquoi il m'arrive d'avoir si mal de ne pas le voir, et puis tout d'un coup, cela devient beaucoup plus simple et beaucoup plus clair.. Les deux trois premiers jours sont souvent difficiles, mais une fois passé le cap, je dois dire que cela ne me perturbe plus autant. J'ai le coeur léger, je ne sens plus cette boule à l'estomac, je ne ressens quasiment plus cette tristesse au fond de moi, et il plane pour le moment, un sentiment de quiétude, et de sérénité. Si cela pouvait être tout le temps comme cela, ca m'arrangerait.

J'ai ce sentiment avec un ou deux personnes.. Il y a un autre homme, que je ne croise que quasiment une fois par mois, lors de nos sorties habituelles. Tant que je ne le vois pas, j'y pense pas. Mais lorsque nous nous croisons, mon coeur bat la chamade, et j'ai encore les petits frissons amoureux pendant au moins 3 jours. Et cela s'en va, jusqu'à notre prochaine rencontre.. 

Je me demande pourquoi il faut toujours que je rencontre des gens qui ne partagent pas les mêmes sentiments.. Une amie m'a dit ce matin " C'est bizarre, mais je me demande pourquoi je persiste tant avec un homme qui ne veut pas de moi... En fait, je crois que s'il avait été amoureux de moi tout de suite, c'est moi qui aurait laché... ".. Alors oui, passons nous notre temps à courir après une personne qui ne sera jamais accessible ? Est ce cela le but ? Est ce cela qu'on appelle à conquérir, à séduire ? 

Je dois admettre, que ce sentiment, je l'ai aussi.. Et nous l'avons probablement tous.. J'ai entendu dire " Celui qui passe son temps à courir après l'autre, a toujours été perdant...Alors je préfère qu'on court après moi.. " Dans ce cas, nous n'aimerons jamais la bonne personne.. on s'acharnerait à aimer une personne qui nous fuit, et fuire une personne qui nous aime peut être.. Quelle ironie...   

20:26 Écrit par Selena | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |